Sur notre page Facebook

Derniers articles …

Nouvel horaire des messes dominicales (Dès ce dernier weekend de juin)
Samedi 18 h
Nimy église et Spiennes : 27/6, 11 et 25/7 (semaines paires).
Harmignies et St-Denis : 4 et 18/7 (semaines impaires).
Dimanche 9h Maisières : 28/6, 12 et 26/7 (semaines paires).
Dimanche 9h30
Obourg : 28/6, 12 et 26/7 (semaines paires).
Ciply, Ghislage et Villers : 5 et 19/7 (semaines impaires).
Dimanche 11h
Havré et St-Symphorien : toutes les semaines.
Harveng, : 28/6, 12 et 26/7 (semaines paires).
Nimy chapelle : 5 et 19/7 (semaines impaires).
... See MoreSee Less

View on Facebook

3 weeks ago

Paroisse Saint-François à Mons-Est

Suite au nombre de participants aux messes du 14 juin dans notre Unité, nous ajoutons une messe à 9h30 le dimanche 21 juin à Villers.

Ce week-end, il y aura donc messe
- le samedi 20 juin à 18h à Harmignies et à Nimy
- le dimanche 21 juin à 9h30 à Maisières et à Villers-Saint-Ghislain
- le dimanche 21 juin à 11h à Harveng, Havré et à Saint-Symphorien
... See MoreSee Less

View on Facebook

Pour celles et ceux qui n'ont pas pu rejoindre une communauté pour l'eucharistie de ce jour, voici l'homélie de l'abbé Scolas:

« Le pain que je donnerai, c’est ma chair pour la vie du monde »
La communion au Christ est toujours corporelle
Durant le confinement, on a beaucoup parlé de communion spirituelle. Si cela signifie une communion rien qu’en pensée et rien qu’entre Jésus et mon cœur, c’est très éloigné du vrai sens de la communion eucharistique. S’il s’agit de communier au Christ dans l’Esprit Saint, alors il n’y a de communion que spirituelle. L’Esprit Saint, c’est en effet celui qui rend le Christ présent aujourd’hui et qui continue son œuvre en nous et dans le monde. Mais la communion au Christ Jésus est toujours corporelle. A la messe ou en dehors d’elle, notre union avec le Christ est toujours une communion à son corps, à sa chair.
Au cours du dernier repas, Jésus pose un acte qui engage toute son existence d’homme jusque dans son corps bientôt livré à la violence et à la mort par l’un des siens. Ce geste s’inscrit dans ce qu’a été sa vie et en particulier son souci de nourrir les humains pour qu’ils vivent. Ce sont les multiplications des pains où Jésus est retourné aux entrailles devant une foule affamée de pain, mais aussi de ce qui peut nourrir en profondeur sa vie. Ce sont les nombreux repas qui jalonnent la route de Jésus. Il s’attable avec des gens étiquetés pécheurs et même pécheresses. Il leur demande à boire, il se laisse toucher par elles et par eux, il leur offre une nourriture qui fait vivre de vie éternelle.
Et cette nourriture, c’est lui totalement donné, corps et âme. C’est la portée du geste de la Cène, qui manifeste le sens librement donné à une mort imposée avec violence. Ce pain, c’est mon corps livré pour vous. Ce vin, c’est mon sang versé pour vous et pour la multitude. Et nous communions à ce corps livré, non seulement en mangeant le pain qui est la chair du Christ et en buvant le vin qui est son sang, mais tout autant chaque fois que nous offrons à manger, à boire ou que nous visitons un de ces petits qui sont mes frères. La parole de Jésus est aussi nette ici qu’à la Cène : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.” (Mt. 25, 40).
Le confinement fut une rude privation de la célébration eucharistique. Privation pas seulement de la communion au corps eucharistique du Christ, mais aussi de la communion avec l’assemblée qui est aussi corps du Christ. Les retrouvailles qui coïncident avec la Fête du Corps et du Sang du Seigneur, ne pourraient-elles pas être l’occasion de retrouver la portée eucharistique de toutes nos tables et de toutes nos rencontres ? En quelque sorte, une communion spirituelle, au sens d’une communion portée par l’Esprit Saint, c’est une communion « XXL, extra large ». Elle nous invite à rencontrer le Ressuscité dans la célébration eucharistique, mais aussi bien au-delà. La messe se termine d’ailleurs par un envoi : Ite missa est, allez … non pas parce que c’est fini, mais parce que le déploiement de cette rencontre ne fait que commencer.
Si nous communions lors des célébrations eucharistiques, c’est pour que la présence du Christ ressuscité grandisse dans nos vies. Ainsi, nous devenons nous-mêmes corps du Christ. Ainsi l’Église devient corps du Christ pour que toute l’humanité le devienne aussi. Dans l’évangile selon Matthieu, la dernière parole de Jésus est une promesse : « Moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin des temps » (Mt. 28, 20). Cette présence nous est offerte à la messe, mais aussi partout et toujours.

Paul Scolas
... See MoreSee Less

View on Facebook

4 weeks ago

Paroisse Saint-François à Mons-Est

C'est ce week-end que nous pourrons à nouveau célébrer ensemble !

m.youtube.com/watch?v=NMBy1Feko-Y&feature=youtu.be
... See MoreSee Less

View on Facebook

Reprise des célébrations eucharistiques dans notre Unité pastorale :

Les célébrations reprennent dès ce lundi 8 juin, avec toutefois un accès limité : 1 personne/10m² avec un maximum de 100 personnes.

👉 Les messes de semaine aux lieux et horaire habituels :

⏩ Lundi 18h : Villers-St-Ghislain
⏩ Mardi 9h : Harveng
⏩ Mercredi 9h : St-Symphorien
⏩ Jeudi 14h : Havré
⏩ Vendredi 9h : Nimy (église)
⏩ Vendredi 18h : St-Symphorien (+ adoration au St-Sacrement)

👉 Pour les célébrations dominicales, notre EAP a retenu quelques églises pour les 2 prochains weekends, avant de reprendre la tournante habituelle dans les autres, après l’évaluation qui s’en suivra.

⏩ Samedi 13 et 20 juin 2020

18h : Messe dans l’église Saint-Ghislain, à Harmignies (Maximum 30 personnes)
18h : Messe dans l’église Sainte-Vierge, à Nimy (Maximum 41 personnes)

⏩ Dimanche 14 et 21 juin 2020
9h30 : Messe dans l’église Saint-Martin, à Maisières (Maximum 30 personnes)
11h00 : Messe dans l’église Saint-Martin, à Harveng (Maximum 30 personnes)
11h00 : Messe dans l’église Saint-Martin, à Havré (Maximum 30 personnes)
11h00 : Messe dans l’église Saint-Symphorien, à Saint-Symphorien (Maximum 32 personnes)

N.B. Les lieux de culte où il n’y a pas de messe restent ouverts aux dates et heures habituelles, comme prévu précédemment, pour ceux et celles qui souhaiteraient s’y recueillir.

Abbé Barnabé IKANA, curé
... See MoreSee Less

View on Facebook

1 month ago

Paroisse Saint-François à Mons-Est

Veillée de Pentecôte ... See MoreSee Less

View on Facebook

Bonne fête de Pentecôte à tous ! 😉 ... See MoreSee Less

View on Facebook

Pentecôte 2020

« Comme un violent coup de vent… » (Ac 2, 2)

Beaucoup d’entre nous ne sont pas à l’aise avec l’Esprit Saint. Il en est d’ailleurs peu question sauf à la Pentecôte et lors des confirmations ! Le Fils, c’est quelqu’un de concret, Jésus ; il a figure humaine, les évangiles racontent ses gestes et ses paroles. Le Père, personne ne l’a jamais vu, mais Jésus nous l’a raconté en de merveilleuses paraboles et il nous a appris à l’appeler Père en toute confiance. L’Esprit, lui, n’a pas pour nous visage humain. Il nous apparaît insaisissable, irreprésentable. Et c’est bien le cas. Il porte le nom du vent, du souffle, de l’air qu’on respire. Au soir de Pâques, Jésus souffle sur ses disciples et leur dit : recevez l’Esprit Saint. Lors de sa rencontre avec Nicodème, Jésus en parlera ainsi : le vent souffle où il veut, et tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient, ni où il va (Jn 3, 8).
Autant le Fils est Dieu-avec-nous (Emmanuel), Dieu l’un de nous, autant le Souffle Saint, c’est en quelque sorte la respiration de Dieu largement répandue au milieu de nous et même dans toute la création. Une présence invisible, mais qui porte le nom d’une force vitale, celui de l’air que nous respirons. D’autres images l’évoquent, en particulier le feu, mais aussi la colombe qui protège, consacre, féconde en couvrant de ses ailes et de son ombre : l’Esprit Saint viendra sur toi et … te couvrira de son ombre (Lc 1, 35).
Ce que Jésus laisse aux siens lorsqu’il les quitte et les envoie en mission, c’est cette respiration divine. Il ne laisse pas d’écrits, pas de règle pour organiser une Église, une liturgie. Il souffle sur eux pour que le Souffle divin qui a animé toute sa mission sur terre habite et anime celles et ceux qui la poursuivront. Ce que Jésus a semé ne se prolonge dans l’histoire des hommes et dans chacune de nos existences que par le don de l’Esprit Saint.
Ce Souffle Saint, cet Esprit divin, il vient soulever la chair de nos vies comme il a rendu féconde la chair de Marie. Cette chair n’est pas maudite sinon le Verbe de Dieu n’aurait pas pu devenir chair. Mais elle est fragile et faillible et même parfois pécheresse. Et l’Esprit Saint vient la fortifier, la renouveler, la ressusciter. Il la libère de ces impasses que sont le péché et la mort. Il vient même habiter notre chair, notre corps, en faire un véritable temple : ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint Esprit qui est en vous ? (1Co 6, 19). En fait, il y a déjà de l’esprit en chacun de nous depuis la création. Dieu, en effet, insuffle l’haleine de vie à l’humain qu’il a modelé avec la poussière du sol (Gn 2, 7). Et cette poussière animée par cette haleine de vie devient image et ressemblance de Dieu. L’Esprit Saint donné en surabondance par le Ressuscité vient se joindre à notre esprit pour que tout notre être devienne celui d’enfants de Dieu : Ceux-là sont fils de Dieu qui sont conduits par l’Esprit de Dieu. Vous n’avez pas reçu un esprit qui vous rende esclaves et vous ramène à la peur, mais un Esprit qui fait de vous des fils adoptifs et par lequel nous crions : Abba, Père. Cet Esprit lui-même atteste à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu (Rm 8, 14-16). Voilà la source la plus forte d’une confiance qui nous permette d’avancer dans une existence mortelle et faillible et pourtant ouverte, dès aujourd’hui, sur la vie éternelle.
Ce Souffle Saint nous porte en même temps vers des frères et des sœurs de toutes les nations pour leur partager cette confiance qui donne d’oser vivre. C’est ce qui se produit à Jérusalem au cinquantième jour de Pâques. La foule était composée de gens venant de toutes les nations sous le ciel. Et chacun d’eux entend ceux qui parlent, portés par l’Esprit, dans son propre dialecte, dans sa langue maternelle. Chacun est rejoint dans tout ce qui fait son histoire. Chacun et chacune est touché.
Ce jour-là, l’Esprit a poussé dehors ceux et celles qui étaient confinés dans la chambre haute. Ils ont osé rejoindre des femmes et des hommes au-delà de toutes frontières. Et ils leur ont parlé au cœur en trouvant les mots, leurs mots, pour leur dire la merveille d’un Dieu qui offre son Souffle pour une nouvelle confiance en la vie donnée.

Paul Scolas
... See MoreSee Less

View on Facebook

Séquence de la Pentecôte

Viens, Esprit Saint en nos cœurs
et envoie du haut du ciel
un rayon de ta lumière.

Viens en nous, Père des pauvres,
viens, dispensateur des dons,
viens, lumière de nos cœurs.

Consolateur souverain,
hôte très doux de nos âmes,
adoucissante fraîcheur.

Dans le labeur, le repos ;
dans la fièvre, la fraîcheur ;
dans les pleurs, le réconfort.

Ô lumière bienheureuse,
viens remplir jusqu’à l’intime
le coeur de tous tes fidèles.

Sans ta puissance divine,
il n’est rien en aucun homme,
rien qui ne soit perverti.

Lave ce qui est souillé,
baigne ce qui est aride,
guéris ce qui est blessé.

Assouplis ce qui est raide,
réchauffe ce qui est froid,
rends droit ce qui est faussé.

À tous ceux qui ont la foi,
et qui en toi se confient,
donne tes sept dons sacrés.

Donne mérite et vertu,
donne le salut final,
donne la joie éternelle.

Amen !
... See MoreSee Less

View on Facebook

Esprit comme une sève
irriguant le corps de Marie,
Esprit comme une sève
irriguant le tronc de ton peuple,
tu féconderas notre peu de foi.
R/Souffle de Dieu, donne le jour,
Souffle de Dieu, donne la vie !
Esprit comme le feu
élevant la voix des prophètes,
Esprit comme le feu
relevant Jésus de la mort,
tu l'emporteras sur notre péché.
Esprit comme le vent,
nous ne savons pas d'où tu viens,
Esprit comme le vent,
nous ne savons pas où tu vas,
tu nous donneras de ta liberté.
Esprit comme le vin,
nous tenons de toi notre soif,
Esprit comme le vin,
nous tenons de toi notre espoir,
tu nous rythmeras la fraternité.
... See MoreSee Less

View on Facebook