Unité Pastorale St François Mons-Est

Méditation vendredi saint – 02-04-2021

« Passion »

« Ecce homo – Voici l’homme »

 La Passion de notre Seigneur Jésus Christ. C’est ainsi qu’est introduite, le saint vendredi, la lecture de l’évangile. C’est une belle et très ancienne trouvaille d’avoir appelé Passion ce récit qui est le cœur de chacun des évangiles.

Ce mot, il évoque d’abord pour nous ce que Jésus a pâti, subi : arrestation, condamnation, abandon, humiliation, violence, mort. Et, de fait, celui que nous reconnaissons comme Christ est descendu dans ces abîmes. Réellement, tout son être, corps et âme, a été pris dans les filets de la haine et de la violence qui rejettent et tuent. C’est profondément bouleversé et « dans un grand cri et dans les larmes » dit la Lettre aux Hébreux qu’il a supplié son Père « qui pouvait le sauver de la mort ».

Mais la Passion du Christ Jésus n’est pas seulement passive. Ce qui lui est imposé et qu’il n’a pas choisi, Jésus l’assume dans un acte d’homme libre. Sa passion, c’est même d’abord son Amor passionné pour tous les humains et d’abord pour les plus petits d’entre eux, un amour inséparable de celui qui le relie au Père. Dans le récit de Jean, Jésus est même le seul homme vraiment libre et vraiment humain alors même qu’il est ligoté devant celui qui a le pouvoir de le relâcher ou de le crucifier. Sans le comprendre, Pilate dit juste lorsqu’il présente ainsi Jésus : Voici l’homme.

Dans cette passion qu’il doit subir en même temps que dans cette passion qui l’anime, Jésus est pleinement humain, il est même roi. Mais sa royauté ne vient pas de ce monde où les royautés viennent plus souvent de la soif de dominer. Sa royauté vient du monde de Dieu. Un Dieu dont les entrailles sont retournées par la détresse des humains. Et ce sont ces entrailles, ce cœur sensible à notre misère, qui sont la source de cette royauté et qui l’orientent. Pilate, à nouveau sans comprendre, écrit juste en haut de la croix : ce Jésus de Nazareth est bien roi des Juifs. Et il l’écrit en trois langues comme pour signifier que cette royauté, née d’une passion, s’étend à tous les humains.

Paul Scolas

close

Abonnez vous
à la Newsletter de l'UPSF
en complétant ce formulaire