Unité Pastorale St François Mons-Est

Méditation dimanche des Rameaux B – 28 mars 2021

« Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? »

C’est le dimanche des rameaux ! Au cœur de cette célébration qui ouvre la voie à la semaine sainte et aux festivités pascales qui s’en suivront, il nous est donné d’écouter et méditer la passion et la mort de Jésus Christ.
Si la procession des rameaux nous invite à voir en Jésus, le Fils de David acclamé par la foule,  le Messie tant attendu par le peuple d’Israël, le récit de sa passion, tout en nous plongeant dans l’horreur de l’injustice et de la violence inouïes qu’il va subir, nous éclaire sur la figure authentique du Messie qu’il est.
Oui c’est le dimanche de la Passion du Seigneur. Il ne s’agit nullement de « glorifier » les souffrances du Christ. C’est une tentation qui est souvent présente, avec quelques élans doloristes qui voudraient voir dans l’injustice de sa condamnation, dans les humiliations et la torture endurées, ou dans le poids de la croix et sa crucifixion jusqu’à la mort, comme le prix qu’il devait payer pour « arracher » de Dieu son Père notre salut. Comme si Dieu pouvait trouver de la joie à « punir » son Fils ou à le faire mourir en échange de notre salut ! La Passion de Jésus comme sa personne ne constitue pas une monnaie d’échange dans ce qui passerait pour un « commerce » du salut entre Dieu « juge » et les hommes pécheurs ! C’est l’amour qui nous sauve. La Passion du Fils révèle la « passion » du Père comme le formulait si bien quelqu’un.
Le récit de l’évangile de Marc nous montre justement Jésus profondément bouleversé par la tournure des événements qui vont s’enchainer, plongé dans les incertitudes qui accompagnent toute mort, envahi par le doute, comme cela arrive à beaucoup de personnes: «… il tombait à terre et priait pour que, s’il était possible, cette heure s’éloigne de lui. » (Mc 14,35). Au plus fort de cette souffrance qu’il endurera jusqu’au bout, avant d’ « expirer », Jésus se lâche dans un incroyable cri d’abandon : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? ». Il reprend à son compte les mots du Psaume 21, 1, mais il ne simule pas. Il vit cet abandon et  il le sent, il l’expérimente au plus profond de lui. C’est dans son amour pour chacun de nous qu’il puise la force de se donner jusqu’à mourir.
Lui qui, toute sa vie, s’est nourri de la présence du Père dont il manifesta la présence au milieu des hommes, le voilà qui expérimente dans sa nature d’homme et de Fils, l’absence de Dieu son Père! Il était plongé dans la nuit profonde où l’homme est dépouillé de tout, même de sa dignité, rejeté et « chosifié ». Au regard de la Loi juive de l’époque, en mourant sur la croix, il était même devenu une « malédiction » ! (Gal 3, 13-14).
Et c’est justement là, la « Bonne Nouvelle » : par son abandon, Jésus donne Dieu à tous les abandonnés de Dieu. Quand, assailli par le doute, ta foi traverse un désert où Dieu semble se taire ; quand la perte d’une personne chère ébranle en toi le fil de l’Espérance ; quand face aux injustices de toute sorte, tu as l’impression que tout est perdu d’avance, en Jésus, Dieu est là, présent. Il se tient à tes côtés. Son cri d’abandon retentit encore, il a brisé à jamais le silence du tombeau. L’amour est vainqueur. Qui regarde vers lui resplendira, sans ombre ni trouble au visage (Ps33, 6).

Barnabé IKANA

Un rameau à la main

Aujourd’hui, Jésus,
je viens vers toi un rameau à la main,
car je veux te louer, je veux te chanter,
je veux te remercier,
pour tout le beau que tu me donnes !

En levant ce rameau vers toi, je te bénis Jésus.

Je suis faible et petit,
et je te remercie de m’appeler tout de même.
Je manque de foi,
et je te remercie de regarder vers moi avec confiance.
Je suis pécheur,
et je te remercie de ne pas te détourner de ma vie.
Je ne sais pas pardonner,
et je te remercie de me guider sur le chemin de la réconciliation.
Je ne sais pas aimer,
et je te remercie d’être ma lumière sur la voie de l’amour.
Je tombe et je tombe encore,
et je te remercie de toujours venir me relever.
Je suis malade, à bout de force,
et je te remercie de toujours m’encourager.

Aujourd’hui, Jésus,
je viens vers toi un rameau à la main,
car je veux te louer, je veux te chanter,
je veux te remercier,
et je veux t’accueillir en moi !

close

Abonnez vous
à la Newsletter de l'UPSF
en complétant ce formulaire